rapport sur la liberté de la presse dans le monde

Pour être bien informé, mieux vaut vivre dans un pays d’Europe du Nord, voire du Nord-Est. Pour être mal informé, rien ne vaut une bonne vieille dictature, erythréenne, coréenne, turkmène, iranienne ou birmane. En matière de liberté de la presse, les années se suivent et se ressemblent. A quelques nuances près, les classements annuels de Reporters sans frontières (RSF), dont le dernier est rendu public ce mercredi, sont désespérément immuables.  

En tête des pays qui défendent le mieux leurs journalistes, un groupe compact venu du froid, la Finlande, l’Islande, la Norvège et la Suède – où Julian Assange, le patron de WikiLeaks, avait un temps souhaité installer son site Internet. Seuls les Pays-Bas, la Suisse et, dans une moindre mesure, l’Autriche se hissent au niveau des pays scandinaves. Suivent la Nouvelle-Zélande, l’Irlande, le Danemark et un ex-pays de l’Est, définivement revenu de ses années de plomb, l’Estonie.  

A l’autre bout du palmarès, quelques poids lourds diplomatiques continuent de narguer les défenseurs des droits de l’Homme: l’Iran, on l’a dit, mais aussi la Chine du prix Nobel de la paix emprisonné, Liu Xiaobo, Cuba, la Tunisie, la Libye, le Pakistan ou l’Arabie Saoudite campent parmi les 30 états les moins respectueux de la liberté de la presse, au milieu de dictatures caricaturales, comme la Corée du Nord ou la Birmanie, et d’ex-républiques soviétiques en mal de démocratie, du Turkménistan à la Biélorussie en passant par le Kirghizstan, l’Ouzbékistan ou le Kazakhstan.  

Et la France dans tout ça? En baisse, encalminée dans le ventre mou du classement, une 44e place dont le pays des Lumières peut difficilement être fier. A son débit, en vrac, « violation de la protection des sources, concentration des médias, mépris et même impatience du pouvoir politique envers les journalistes et leur travail, convocations de journalistes devant la justice », autant d’incidents qui accentuent une tendance déjà exprimée l’an dernier et qui confirment son « incapacité à renverser la tendance ».  

Seule « consolation », la France n’est pas la seule parmi les pays européens à être ainsi montrée du doigt. L’Italie (49e, comme le Burkina-Fasso) connaît les même problèmes, tandis que la Grèce (70e), la Bulgarie (70e) et la Roumanie (52e) contrebalancent les bons résultats de leurs voisins du Nord. « Comment [l'Europe] pourra-t-elle alors se montrer convaincante lorsqu’elle demandera aux régimes autoritaires de procéder à des améliorations? » se demande RSF. Bonne question.

source: l’Express 

0 Réponses à “rapport sur la liberté de la presse dans le monde”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Bienvenue chez moi ! |
QUI VIVRA VERRA |
consensus |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | lesjournalistes
| Carnet de voyage
| Espace d'un enseignant-appr...